Mots-clefs

, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Dear Music lovers.

On me demande parfois ce que je pense de la scène parisienne. Et souvent, je grimace. Pourquoi? Googlez « nouvelle scène parisienne », les premiers groupes cités ne sont autres que NAAST, les Parisians et Second Sex (LOL!). On va dire que « le devant de la scène » est accaparé par une poignée de groupes, non seulement, qui ne m’emballent pas énormément, mais qui lui donnent un aspect uniforme, terne, et surtout formaté. Je dis « aspect » parce que la scène parisienne renferme tout de même moulte perles parmi lesquelles Teenage Wasteland compte quelques favoris, à commencer par D’Austerlitz dont je vous parlais précedemment (voir).

Il y a aussi Holstenwall. Vous vous en êtes sans doute rendu compte, chez Teenage Wasteland on a une passion pour les sons torturés et les univers artistiques ténébreux. C’est ce que ce groupe de post punk psychédélique nous sert dans ses plus belles parures. Avec Holstenwall on a juste envie de se laisser porter, absorber par l’ambiance décadente de leurs morceaux. Ceux ci semblent être emprunts du véritable « Spleen Baudelairien ». Le talent, ici, est largement reconnu, puisque le groupe est sollicité de toute part, jusqu’à apparaître sur la compilation du label US Killredrocketrecords. Ils viennent également de signer chez Third Side (Flairs, La Femme) et leur EP est prévu pour mai 2011. Je vous en reparlerai puisque l’affaire est définitivement à suivre de très près. Écoutez les sur Noomiz ici.

Je me dois aussi de vous parler de Sourya. On parle là des protégés du grand Alan McGee et cela fait bien longtemps aussi qu’ils ont conquis le coeur de Teenage Wasteland avec leur pop électronique. Tout en étant rafraîchissantes et parfois  même entraînantes, leurs mélodies sont teintées de soul et de mélancolie: l’effet piano/violon/guitare, des quelques riffs lancinant, mais surtout de la voix de Sou, le chanteur. Pourtant on ne tombe aucunement dans le « mou » ou le rasoir, écueil presque inéluctable en la matière. Sourya a déjà un album à son actif: Dawdlewalk, des plus ravissant.

J’aurais masse d’autre choses à vous faire partager également tels que Wasted Wasted. Si vous connaissez la fameuse association parisienne de booking Elation Of The Youth (EOTY), alors sachez que ceux là sont leur coqueluche. De prime a bord on perçoit chez Wasted Wasted deux grandes influences: celle de Foals et celle de Metronomy. Puisque ces jeunes garçons sont très doués, le rendu en jette des masses, à découvrir donc ici.

Pour en citer d’autres, je vous conseille d’aller voir du côté de Curbz, Concorde, Flairs, Rrose Tacet etc… Mais également d’aller les voir sur scène: la différence entre ce que donne le groupe en démo, et ce qu’il donne en live est bien souvent considérable.

With Love. N.S.

Music is what life sounds like. Eric Olson.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Publicités